Les chemins domestiques au printemps

Du 18 au 22 mars 2020, pendant le grand confinement. Une heure de liberté, que je prends souvent le soir après ma journée de travail à domicile. J'emprunte les chemins où je pense ne personne rencontrer, et si j'aperçois un autre promeneur, je bifurque ou je m'éloigne dans les bois alentours. Bien qu'affligé par les raccourcis, les confusions entre l'objectif (éviter de nouvelles contaminations) et les moyens utilisés pour l'atteindre, par certaines affirmations simplistes, presque populistes, parfois caricaturales, je respecte très au delà des recommandations officielles le principe fondamental d'éviter tout rapprochement avec d'autres personnes. J'avais d'ailleurs commencé une semaine avant la confinement. Je respecte aussi la loi, quoi qu'il m'en coute.









Commentaires

  1. Comme j'aimerais voir des anémones pulsatiles dans la nature, ces fleurs sont magnifiques. Je me contente de celles plantées dans le jardin.

    RépondreSupprimer
  2. Au départ, en lisant "raccourcis", je ne comprenais pas, pensant aux raccourcis dans les bois. C'est vrai que pour un esprit scientifique, entendre dire autant de fadaises au sujet de cette maladie à coronavirus à quelque chose de décourageant. Mais en même temps, cela n'a rien de nouveau. Je pense néanmoins que la population française est sérieusement inculte sur certains fondamentaux scientifiques, ce qui laisse la porte ouverte à des tas de charlatans de toutes natures.

    Sinon, au sujet de l'Anémone pulsatille, les photos montrent clairement le positionnement de l'espèce comme plante d'ourlet calcicole et pas seulement de pelouse calcicole et cela montre mes observations de longue date : cette plante est une espèce d'ourlet et non de pelouse, contrairement à ce qu'on lit un peu trop dans la littérature.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Prunes de moisson

La glycine et le lila

Poste de radio à galène