Mi-mars en Haute-Saône

L'avance du printemps cette année n'est pas si marquée que je l'avais craint, même si le gel de cette semaine risque de compromettre la fructification des pêchers et des pruniers. Les photos que je publie aujourd'hui ont été prises le 14 mars.

L'herbe est rase dans la prairie.

Les saules sont en fleurs au bord de la vielle foie ferrée



Les haies sont encore grises, sans fleurs ni feuilles. Au moment où j'écris ces lignes, les épines noires sont en fleurs et ne ne peux pas aller assister à ce changement que je ne manque qu'en cas de force majeure.

Ce cimetière était enfoui dans un bosquet lorsque je l'ai vu pour la première fois. Il y avait 5 ou 6 pierres tombales autour du petit obélisque. C'était un lieu hors du temps, inoubliable. Le terme "cimetière des indigents", sur le panneau, m'interpelle. J'aimerais bien avoir des précisions car les tombes étaient gravées, ce qui devait représenter un certain coût.

Commentaires

  1. Quels ciels incroyables! Très étonnant ce cimetière préservé au milieu du champ...

    RépondreSupprimer
  2. Cette année, nous avons de belles journées de printemps, dommage que le vent d'est ou nord-est soit si présent !
    Surprenant ce cimetière au milieu des champs, ça serait bien d'en connaitre un peu plus sur sa présence là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peu de gens doivent savoir... Mais je connais un paysan qui me renseignera peut-être.

      Supprimer
  3. Étonnant en effet ce "cimetière des indigents" et c'est un peu dommage en effet que cela soit labouré autour, mais le débroussaillage est sûrement une bonne chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais préféré que cette parcelle d'histoire soit mieux préservée, quitte à rester cachée longtemps encore, mais ceux qui possèdent la terre n'ont pas les mêmes priorités.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Prunes de moisson

Nouvelles cultures