Des nouvelles de mon hameau préféré

Je n'ai pas le droit de m'y rendre. Non pas qu'il y ait le moindre risque en matière de propagation du virus qui bouleverse nos habitudes et les vies de certains d'entre nous. Je peux me promener pendant une journée dans la vallée de la Vingeanne en restant à grande distance de tout représentant de l'espèce humaine. Mais l'heure n'est pas à faire confiance au sens des responsabilités et au sens du discernement des citoyens. C'est d'ailleurs le principe qui me trouble, beaucoup plus que l'incidence sur ma qualité de vie qui reste très au dessus de celle de la plupart des gens, spécialement en cette période.

De manière générale, j'ai le sentiment que les gens qui vivent à la campagne ont une bien meilleure qualité de vie que les citadins. Mais en ce moment, l'écart est encore plus flagrant. En zone de forte densité, le rationnement du temps de sortie est absolument nécessaire. Trop de gens dehors réduirait mécaniquement les distances entre les personnes et augmenterait les risques de nouvelles contaminations. Dans un tout petit village perdu dans la campagne, il en va tout autrement. Les habitants pourraient faire des promenades plus longues sans le moindre risque. La question qui se pose alors est de nature morale. Est-il juste d'imposer à tous les mêmes règles par solidarité avec ceux pour qui elles sont nécessaires ? De rationner, par exemple, le temps de sortie d'une personne vivant dans une maison isolée, en rase campagne, parce qu'on est obligé de faire subir cette contrainte à ceux qui vivent entassés dans des immeubles en ville ? 

Nonobstant cette question philosophique, j'ai pu contacter une amie qui a eu la gentillesse de photographier ma glycine préférée  et de me transmettre les photos :-).


Commentaires

  1. J'adore la glycine, je surveille les premières fleurs de la mienne qui ne devraient pas tarder...!

    RépondreSupprimer
  2. La question posée dans cette note est très pertinente. Personnellement, je ne suis pas à plaindre non plus, mais pour ceux qui habitent un petit studio en ville ou un petit appartement à plusieurs en ville et pas forcément très confortable, c'est quand même difficile. Cependant, le rapport à l'espace entre citadin et ruraux n'est pas le même et peut réserver quelques surprises.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

La glycine et le lila

Prunes de moisson