Toujours le 15 mars

Ce jours là, alors que le grand confinement n'avait pas encore été annoncé, j'étais pris d'une sorte de frénésie photographique. Voici la suite de ma promenade.







Commentaires

  1. Est-ce que de partager ces beautés naturelles t'aide à vivre le confinement?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réalité, le confinement en lui même ne me coute pas du tout. Mon travail est plus intéressant que d'habitude, j'apprécie de ne pas avoir à me déplacer en voiture. J'ai de quoi m'occuper plusieurs mois si nécessaire. Ce qui me coute et me mets en colère, c'est le manque de discernement dans l’application de mesures particulièrement liberticides, la confusion entre le but (éviter les nouvelles contaminations) et les outils et moyens mis en œuvre de manière parfois caricaturale.

      Supprimer
    2. Ça je n'en doute pas et je crains que le même arbitraire autoritaire s'impose sous peu chez nous... d'ailleurs, nous avons un de ces gouvernements provinciaux qui n'hésiteraient pas à faire le nécessaire... même si cela leur coûterait probablement beaucoup de leur popularité auprès de leur base électorale, laquelle a tendance à croire que les maigres mesures déjà en place sont exagérées.

      Supprimer
  2. Joli tapis de primevères sur la 1ère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, quel bonheur de voir en endroit pareil sur son chemin.

      Supprimer
  3. De jolis cultivars de Primevère commune (dont la subsp. rubra).

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

La glycine et le lila

Prunes de moisson