Rudéral

Près d'une voie rapide, sur un espace de terre de remblais, à proximité d'une carrière, nous sommes dans un environnement récemment bouleversé par l'homme et qui pourtant foisonne d'une végétation pionnière dominée par les légumineuses. Et au milieu de cette pléthore de fleurs colorées on rencontre des arbustes couverts de fruits. Des arbustes que je vois pour la première fois et qui me semblent être des amélanchiers. J'ignorais même qu'on pouvait en trouver dans la région. Je n'ai pas osé consommer les fruits de peur d'avoir mal identifié ces spécimens. La nature en tout cas ne met pas longtemps à reprendre ses droits. 








 

 
---

Commentaires

  1. Il est assez rare de voir une végétation rudérale (une friche au sens géobotanique ou phytosociologique) dominée à ce point par des légumineuses, même si j'aperçois d'autres espèces plus typiques. Le contexte local l'explique très certainement. Sinon, la présence d'Amelanchier ovalis (espèce rare) est un peu étonnante dans un tel contexte car elle affectionne des sols plus xériques (bien que ceux-ci ne semblent pas particulièrement frais).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes à coté du village nommé Savigny le Sec, connus pour ses citernes destinées à stocker l'eau de pluie pour palier l'absence de point d'eau. Qui plus est, juste en limite supérieure d'une carrière, donc vraisemblablement sur une épaisse couche de roche calcaire. Ceci explique peut-être cela :-).

      Supprimer
  2. Je m'étonnais moi aussi - en termes moins scientifiques que Cornus - de la présence des amélanchiers dans une telle friche... Je n'ai jamais eu, en près de 40 ans, le moindre semis spontané dans le talus non cultivé au pied de mon arbre si fructifère! J'ai répondu sur mon blog à ta question des pépins que l'on peut très bien croquer... Pourtant la présence de la voie rapide avec ses émanations me retiendrait de goûter ceux-ci : laisse- les aux oiseaux - ils les adorent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, merci pour ta réponse. J'ai vu su l'atlas de la flore sauvage de Bourgogne qu'effectivement il existe quelques amélanchiers en Côte d'Or, justement sur la Côte, une partie du département que je connais très mal...

      Supprimer
  3. la nature a horreur du vide et devient envahissante à la moindre inattention... mon jardin me désespère !

    RépondreSupprimer
  4. La nature est très généreuse et ça nous fait du bien.
    Tu l'as vu en fleurs cet amélanchier? En tout cas les fruits sont magnifiques et l'arbuste aussi .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, mais maintenant que je sais ou il est, avec ses petits copains, je retournerai les voir au printemps prochain.

      Supprimer
  5. J'ai appris un nom , rudéral, je ne connaissais pas .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai découvert ce mot via les commentaires sur ce blog d'un lecteur qui est agent patrimonial à l'ONF.

      Supprimer
  6. Je ne connaissais pas les fruits de l'amélanchier, seulement les fleurs, c'est un arbuste que j'aime beaucoup en fleurs, j'ai eu l'envie d'en planter un.
    Cette année, je continue à dire qu'il y a énormément de fleurs partout et c'est magnifique, ça fera le bonheur des insectes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les fleurs jouent en effet les prolongation et la garrigue autour de chez moi est à la fois verte et colorées alors que d'ordinaire en cette saison elle est déjà desséchée.

      Supprimer
  7. Je ne connaissais pas rudéral, ni les fruits de l'amélanchier ... Merci !!!
    Cet espace fleuri est superbe et fera le bonheur des abeilles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un endroit plaisant malgré la proximité d'installation humaines.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Nouvelles cultures

Prunes de moisson