Un dimanche à Saussy

Je suis allé dimanche dernier près du village de Saussy, perché à plus de 500 mètres d'altitude, à une vingtaine de kilomètres de la plaine dijonnaise. Là bas, il y a  un climat différent, plus froid en hiver et au printemps, mais plus ensoleillé. Il y a aussi quelques curiosités patrimoniales et botaniques.

Mon enfance a été bercée par l'idée que cette tour était un ancien sémaphore.


J'ai donc été très surpris de découvrir qu'il n'en était rien. Il s'agit d'une ancienne éolienne construite à peu près à la même époque que la voie de chemin de fer du billet précédent et que le canal au bord duquel je me promène si souvent. Elle est malheureusement en perdition.


A quelques kilomètres, j'ai trouvé ce qui me semble bien être des anémones hépatiques blanches ! En voici une. J'en ai vu un autre spécimen, au milieu de celles ayant la couleur mauve - bleu habituelle. La photo n'est pas très artistique. Il gelait encore la nuit et le matin dans la région.


Et puis j'avais espoir de trouver des jonquilles, et j'en ai effectivement trouvé quelques pieds, au fond d'une combe reculée et caillouteuse, en compagnie de scilles à deux feuilles. Je vous montre les deux photographies que j'ai réalisées à partir du même point de vue, en mettant au point respectivement sur une scille et sur une jonquille situées à 50 cm l'une de l'autre. La troisième image a été obtenue en combinant les deux premières par une technique appelée "focus stacking".




Pour finir, je suis sûr qu'au moins un de mes lecteurs  pourra me rappeler le nom de cette plante rencontrée à proximité des jonquilles et des scilles, dans cette combe éloignée de toute trace de civilisation :-).


---

Commentaires

  1. Elle est sympa cette tour.
    Il n'y a guère de doute qu'il s'agisse bien de l'Anémone hépatique ; les feuilles devaient en témoigner.
    Quant à l'arbrisseau, il s'agit de Daphne laureola L. (Daphné lauréole, Laurier des bois), typique des boisements sur sols calcaires. Je pense que la plante est plutôt commune dans les bois par chez toi : pas sur les plateaux où le substratum calcaire n'affleure pas, mais plutôt alors sur les cuestas ou sur les flancs de plateaux, les vallons, plutôt bien exposés...
    Bon week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celle-ci n'avait pas de feuilles visibles, mais à part la couleur, la fleur est vraiment similaire à celles des anémones hépatiques qui poussaient à proximité. Je vois parfois des scilles blanches, peut être de l'ordre d'une sur 1000, et aussi des corydales blanches dans la même proportion. Merci beaucoup pour l'identification du Daphné lauréole. "Chouchounette" m'avait déjà donné ce nom naguère, mais plus moyen de m'en souvenir. Je devrais au moins retenir "Laurier des bois" :-).

      Supprimer
    2. Oui, des "versions" blanches existent chez beaucoup d'espèces. J'ai déjà vu des Scilles à deux feuilles, des Jacinthes des bois, des Fritillaires pintades, des Orchis bouffon...

      Supprimer
  2. Un phare en campagne! Une belle construction qu'il vaut la peine de sauver... Je connais un endroit où les anémones hépatiques fleurissent rose, avec quelques-unes en blanc! Mais cela fait très longtemps que je n'y suis pas retournée...
    Bonne fin de semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en vois aussi des roses, mais peut être leur couleur varie-t-elle avec la température et au cours de la durée de la floraison. Des vraiment blanches, je ne me rappelle pas en avoir vu auparavant. Je ne commente presque jamais, mais je suis assidument tes blogs images et jardin :-).

      Supprimer
  3. J'espère que cette tour sera sauvée, les associations font des miracles pour le patrimoine en Bretagne pourquoi pas dans le dijonnais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du coté opposé à celui de la photo, il manque beaucoup de pierres à une hauteur vertigineuse. J'ai l'impression que la réparation sera très couteuse.

      Supprimer
  4. MME S peut-elle appuyer le dossier de rénovation de la tour au niveau de la région bourgogne Franche comté ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une certaine madame S ? On peut toujours lui demander si elle a une idée :-).

      Supprimer
  5. Magnifique cette tour, elle mérite bien une sauvegarde.
    Cette année, j'en ai vu un de pied de Daphné Lauréole, mais je n'avais pas l'appareil photo.
    Je ne pense pas avoir vu des anémones hépatiques par chez moi, par contre de rares scilles et corydales blancs oui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces lauriers des bois sont présents en grande quantité près de chez moi. Enfants, nous les appelions "palmiers".

      Supprimer
  6. que de découvertes, si proches de chez vous !
    J'ai enfin utiliser votre photo sur le coucher de soleil, à propos d'un très beau livre. L'auteur disait que "les couchers de soleil sont des cathédrales" et votre photo illustrait bien ce propos.

    RépondreSupprimer
  7. c'est toujours choupinet de voir la nature avec ton objectif , je t'embrasse et ta tour c'est un sublime jeu d'échec..la tour tprend garde prends garde à toi
    je t'embrasse frankie

    RépondreSupprimer
  8. Je trouve que tu devrais "adopter" cette tour et en faire ton repaire :) Tu pourrais y installer tes instruments fascinants, et sur la terrasse du haut, tu pourrais faire un joli balcon où on dégusterait du fromage et des fruits en papotant et en observant la nature!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Nouvelles cultures

Prunes de moisson