La frontière entre la bruyère et la mer

Ce jour là, nous sommes allés, avec une certaine madame L., marcher entre Fréhel et le fort La Latte. Avant l'arrivée de la pluie, le paysage était superlatif. Et comme les services météo avaient annoncé des précipitations toute la journée, nous étions presque seuls sur le parcours. Bien que connaissant déjà le site, j'étais saisi par les couleurs de la bruyère et de la mer.









---

Commentaires

  1. Ohhhh la bruyère!!! Tes photos me font rêver!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ma région, il n'y en a pas car la terre est calcaire. D'un autre coté, il n'y a pas non plus la mer :-).

      Supprimer
  2. être seul dans une nature aussi belle et sauvage , c'est le bonheur., il faut le savourer et ça je crois que tu sais le faire.

    RépondreSupprimer
  3. Tes photos sont toujours très belles. Quel appareil utilises-tu? Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici, j'avais mon SONY alpha 7 plein format avec un objectif 24-240.

      Supprimer
  4. Superbe association : la mer et la bruyère ! Magnifique ...
    Vous avez fait le plein de belles images pour l'hiver !!!
    Merci de les partager !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ma dernière série sur la Bretagne pour cette année :-).

      Supprimer
  5. Dans le Finistère les bruyères étaient desséchées ...et on dit qu'il pleut en Bretagne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été agréablement surpris de les voir bien fleuries ici, car certaines années elles sont plus sèches que ça.

      Supprimer
  6. Magnifiques paysages avec ces bruyères, j'adore ! Et quelle lumière, les ciels bretons me plaisent beaucoup, ça me procure plus d'émotion qu' un ciel tout bleu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et contrairement à une idée reçue, en aout dans cette région le plus souvent le ciel est bleu ;-).

      Supprimer
  7. Ou quand les landes à bruyères tombent dans la mer ! Même phénomène qu'à la presqu'île de Crozon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette bruyère c'est-elle installée après la disparition d'une zone forestière ?

      Supprimer
    2. A priori non, ces landes littorales sont climaciques (fin de série de végétation) et même "primaires". Je mets des guillemets car il y a peut-être eu, çà et là, des tentatives (avortées) de mise en culture. Cette végétation résiste au vent, aux embruns salés sur des sols pauvres et acides. Elle est composée de diverses espèces de bruyères (Erica cinerea, E. tetralix, E. ciliaris), de Callune commune, de divers ajoncs dont l'Ajonc de Le Gall.
      Toutes les autres landes (non littorales) sont des végétations secondaires (régressives forestières), plus ou moins transitoires.

      Supprimer
    3. Quelque part, ça rend le site encore plus intéressant.

      Supprimer
    4. Absolument. En plus de leur beauté intrinsèque et du cadre paysager, c'est sans doute une des raisons pour lesquelles j'ai même été submergé par une grande émotion quand j'ai visité celles de la presqu'île de Crozon (découvertes avant celle du cap Fréhel).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Variété anciennes de pommes

Nouvelles cultures