Dans la forêt en été

En été, la nourriture abonde. Dans les jardins il y a toutes sortes de légumes délicieux : concombres, tomates, courgettes, pommes de terre, haricot verts... Dans les vergers, c'est l'époque des prunes dont les variétés vont se succéder : Madeleines, Patrigones, Prunes de Dampierre, Mirabelles, Reine-Claudes, Quetsches... Dans les rivières, canaux et étangs, c'est l'époque pour pêcher les écrevisses, les carpes et les tanches, la perche, la "friture" (goujons, vairons, gardons, ablettes, chevesnes...), voire un occasionnel brochet. Au bord des chemins, il y a des mûres et des noisettes en abondance. Et en forêt, s'il on est d'humeur à affronter les moustiques, les taons et les tiques, on peut trouver quelques giroles et ces cèpes d'été. (Ne vous basez jamais sur mes photos pour identifier un champignon que vous envisagez de consommer. Consultez un spécialiste.)






---


Commentaires

  1. Oui mais les champignons , ça fait automne, ma saison préférée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois, il y a un air d'automne en été. Déjà, presque tous les champs sont labourés et je mange du raisin de ma propre vigne.

      Supprimer
  2. Que j'aime ce monde miniature que rendent à merveille vos photos !!!
    Je guette les farfadets ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a au moins une petite araignée si on clique sur les premières photos :-).

      Supprimer
  3. On dirait presque des photos de landart !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le terrain, ma seule intervention est un petit nettoyage du sol :-).

      Supprimer
  4. Alors-là, je ne pas laquelle préférer, peut-être l'avant-dernière ?
    Bonnes vacances en Bretagne Olivier (ma région préférée) .
    J'attends avec impatience tes photos, à défaut d'y être !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma préférée, peut être la première. Je ne part que quelques jours, on verra si la lumière sera au rendez-vous :-).

      Supprimer
  5. De toute manière, on ne doit consommer que les champignons que l'on connaît parfaitement. Je ne suis pas mycologue, juste mycophage, mais parmi les bolets, il n'y a que le "vrai" Bolet satan qui soit vraiment problématique, mais reste un champignon rare et ne se développant que sur certains substrats (pas sur sols acides, mais calcicoles). Mais il y aussi des bolets qui sans être toxiques peuvent s'avérer très mauvais. D'autres sont toxiques crus (Bolet à spores rouges par exemple) et très bons cuits. J'aurais tendance à recommander la bonne cuisson de tous les champignons. Autrefois, les pharmaciens avaient une formation non négligeable en mycologie (et en botanique), ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. C'est problématique. Certains pharmaciens sont incapables de renseigner les gens et s'en débarrassent en nous les envoyant (alors que ce n'est pas notre "rayon"), mais comme je ne suis pas complètement une bille dans le domaine, je réponds. Je ne prends aucun risque, mais il arrive que les personnes se trouvent en possession de bons comestibles et je ne comprends vraiment pas pourquoi les pharmaciens sont aussi peu (in)formés dans le domaine. Sinon, il y a des mycologues dans des associations, mais ils ne sont pas forcément joignables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les connaissances empiriques des gens de la campagne les conduisent à utiliser des méthodes de cuisson particulières, notamment une cuisson en deux étapes pour les nébuleux. A l'opposé, j'ai entendu parler de gens inconscients qui ont non seulement confondus des nébuleux avec des entolomes livides, mais en plus les ont mangé en salade, ce qui aurait déjà été une mauvaise idée avec des nébuleux. Il s s'en sont sorti après un passage à l'hopital, mais je crois avec quelques séquelles... Le vrais danger, c'est que beaucoup de gens ne savent pas qu'ils ne savent pas. Je peux le vérifier très souvent dans mon métier d'enseignant.

      Supprimer
  6. Exactement, il vaut mieux dire que l'on ne sait pas que de raconter des sornettes pour se la raconter, comme on le voit effectivement trop souvent. C'est la seule attitude à tenir en face des champignons, car les erreurs peuvent être lourdes de conséquences. En botanique aussi, mais c'est plus rare, les chercheurs d'herbes étant plus rares, même si cela se développent bien depuis quelques temps. J'ai hélas déjà vu au restaurant des fleurs toxiques dans des plats (heureusement pas trop car peu nombreuses comme la Renoncule âcre).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Nouvelles cultures

Variété anciennes de pommes