Le quatrième cercle

L’homme est un être qui aspire à explorer. Dès son plus jeune âge, il explore son environnement immédiat avec la vue, le goût, l’odorat, l’ouïe et le toucher. C’est le premier cercle de découverte. Plus tard, lorsque le jeune enfant commence à se déplacer de manière autonome, le rayon de son champ exploratoire s’étend de plusieurs mètres autour du lieu de vie. C’est le deuxième cercle. Puis il y a la cour, le jardin, le quartier, c’est le troisième cercle. Arrive ensuite le temps où les enfants osent s’aventurer dans le petit chemin qui part près de la maison et s’enfonce dans une nature luxuriante pleine de promesse. C’est le quatrième cercle, qui pour le jeune citadin est souvent beaucoup plus encadré… Le cinquième cercle, qui s’étend à plusieurs dizaines de kilomètres autour du lieu de vie, devient accessible lorsque l’enfant devient adolescent et dispose d’une bicyclette ou d’un deux-roues motorisé, et même sinon avec de bonnes jambes. L’âge adulte donne libre accès au sixième cercle, qui de nos jours est la planète entière.

A ces cercles géographiques s’ajoutent d’autres périmètres : notamment celui de la connaissance, celui de l’imagination, celui relatif à l’autonomie dans la vie quotidienne, auquel certaines personnes accèdent difficilement, celui relatif à la vie sociale, et le cercle professionnel. Nous n’avons pas tous la même envie, la même appétence pour l’exploration de ces différents cercles. Il y a des écrivains qui n’aiment pas voyager, de grands voyageurs qui n’ont pas beaucoup d’imagination, ou encore des gens qui n’aiment pas lire ou ne sont pas spécialement curieux, ou bien qui ne considèrent pas la culture comme un trésor inestimable. Il y a ceux qui aiment survoler et voir beaucoup de choses, et ceux qui préfèrent approfondir un sujet, quittes à passer à coté de nombreuses autres possibilités que la vie pourrait leur offrir. Il y a aussi ceux qui sont bridés dans de nombreux domaines par une situation économique ou politique, ou par un handicap ou des problèmes de santé par exemple.

Les photos de ce billet illustrent ce que j’ai découvert lorsque, vers l’âge de 7 ou 8 ans, j’ai accédé au quatrième cercle. C’était une époque où, à la campagne, les velléités exploratoires des enfants n’étaient bridées que par leur peur de s’éloigner des lieux familiers, et non par des parents inquiets de ce qui pourrait arriver. Aujourd’hui, dans mon village,  des enfants ne seraient pas autorisés à aller dans ce petit chemin avant l’âge de 10, voire 12 ans, et encore, à condition d’être en groupe (ce qui est en l’occurrence une bonne précaution), muni d’au moins un téléphone, et pour une durée très limitée. A l’époque, les seules consignes étaient de ne pas faire de bêtises et d’être de retour pour le prochain repas… Et c’était la deuxième qui posait le plus de problèmes.






Commentaires

  1. J'ai aussi eu une enfance "libre" dès que je quittais la maison, et c'est un cadeau merveilleux! Des explorations familiales toujours très "nature" aux explorations en solitaire, il n'y a qu'un pas que j'ai franchi sans peur. L'avantage de la semi-campagne, certainement, mais aussi d'une tranquillité d'esprit ou d'un fatalisme plus marqués. Cela m'a donné l'amour de la nature - et du voyage!
    Belles illustrations de ce propos!

    RépondreSupprimer
  2. comme il est agréable de te suivre dans sur ce chemin ! Pour la libellule rouge, je m'étais d'abord trompée et la postant sur facebook, j'ai été corrigée ! c'est bien pratique, car sur mon guide, c'était vraiment plus difficile à trouver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un privilège d'avoir une chemin pareil près de chez soi :-).

      Supprimer
  3. A mon avis, habiter la campagne pour un enfant c'est une richesse......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, avec certes quelques inconvénients, que je n'avais pas car mon coin de campagne était très proche d'une ville.

      Supprimer
  4. Avec les téléphones, gps et autres , le cordon ombilical est plus difficile à rompre mais il faut dire que les informations qu'on nous délivrent sont très anxiogènes. Avant , la réalité était aussi cruelle mais on ne le savait pas .

    RépondreSupprimer
  5. Faire confiance... Il faut avoir confiance en soi pour accorder sa confiance à un enfant et lui permettre une telle liberté!
    Bon je m'estime heureuse d'avoir des filles pas trop trop aventurières toutefois ici le plus gros danger serait les (peu fréquentes mais qui roulent trop vite) voitures!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les vipères mais il paraît que les poules chassent les serpents.

      Supprimer
    2. Mon père gardais toujours du sérum anti-venin au frigo !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Variété anciennes de pommes

Nouvelles cultures