Morilles dans leur milieu naturel

Cela fait trois ans que je cherche à photographier des morilles dans la nature, mais aucune occasion ne s'est présentée au cours des deux derniers printemps, qui étaient très secs. Par contre, le printemps 2016 est plutôt humide et propice à la pousse des champignons. Pour autant, même cette année les morilles ne sont pas faciles à trouver et on peut marcher des dizaines de kilomètres sans en voir une seule. Il vaut mieux être accompagné par un certain monsieur Y., très performant pour localiser dans la nature des trucs qui se mangent.







Commentaires

  1. très photogéniques ces raretés !
    quelle chance d'avoir un Monsieur Y qui dévoile ses secrets...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que celles-ci sont plus belles que celles de forme sphérique.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Mais aussi discrètes, presque invisibles sur le terrain...

      Supprimer
  3. Ces champignons aux multiples alvéoles rendent très bien sur tes photos mais attention ...à ne pas manger crus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun risque :-). Le conseil vaut d'ailleurs pour tout champignon sauvage.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Oui, c'est ce qui vient à l'esprit quand on en trouve enfin une après des heures de recherche :-).

      Supprimer
  5. Je préfère les admirer sur tes photos grâce à Mr Y. qui partage ses coins.
    Elles sont plus en valeur dans leur habitat naturel que dans le panier !
    Les deux premières sont très jolies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais dans la natures, et pour ce qui concerne cette variété, elles sont presque toujours dispersées :-).

      Supprimer
  6. Superbes ! Les 2 premières sont mes préférées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la plus grosse que nous avons trouvée, une quinzaine de centimètres, et on était émerveillés :-).

      Supprimer
  7. Les photos sont vraiment très belles... Jamais vues dans la nature pour moi, et tu me le fais vraiment regretter, en plus du plaisir gourmand. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en rencontre parfois par hasard, mais cela reste rare :-).

      Supprimer
  8. Magnifiques photos, je n'en ai pas encore vu cette année.
    Le "saupoudrage" de grains noirs sur les morilles est un indice que les petites chenilles défoliatrices de feuilles tendres s'activent fort dans la canopée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine que ces chenilles ne sont pas impressionnées par les petites gelées matinales, alors que j'ai vu de jeunes feuilles d'arbres noircies par les températures négatives de la nuit de mardi à mercredi.

      Supprimer
  9. Ces photos de champignons sont magnifiques . Je ne me lasse pas de les regarder....

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Nouvelles cultures

Prunes de moisson