Couleurs et saveurs d'un jour d'octobre

Deux couleurs, deux saveurs, deux odeurs, trésors d'une journée d'octobre dans la vallée de la Vingeanne. Les coings et les pieds-bleus sont deux représentants de l'extraordinaire diversité de ma région en matière de produits sauvages et de produits cultivés. On voit également, aux cotés des pieds-bleus, des nébuleux particulièrement prisés dans mon village natal, mais dont la consommation est déconseillée par certains experts, d'autant que des risques de confusion existent. Leur odeur est unique et exceptionnelle. Quand au buisson aux baies rouges, il est purement décoratif.

Commentaires

  1. Il y a beaucoup de coings cette année. Je suis en attente qu'une collègue m'apporte des nèfles, je ne connais pas mais tu dois connaître toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les utilise comme décoration. mais si tu leur trouve un autre usage, je suis intéressé :-).

      Supprimer
  2. je suis en plein dans la gelée de coings...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait des pâtes de coings cette année. J'en savoure une au moment même où j'écris ces lignes :-).

      Supprimer
  3. un intéressant panier de champignons...je veux aussi faire une barre de navigation comme toi en dessus de tes articles mais ça rend pas très bien dans mon site...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec ce panier, il y a de quoi faire plusieurs plats en sauces cet hiver. je ne me rappelle même plus comme j'avais paramétré cette barre de navigation.

      Supprimer
  4. Je ne connais ni les pieds-bleus, ni les nébuleux, c'est fou, ça ! Champignons de bois ou champignons de pré ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le nébuleux est très courant dans les friches calcaires et forêts de feuillu pas trop humides, autour de Dijon du coté de Messigny, Ahuy, Hauteville... Le pied-bleu est plus rare. Il aime la mousse et l'humidité. Ça faisait longtemps que je n'avais pas vu un panier aussi garni, et je crois même que c'est la première fois.

      Supprimer
  5. Non, le buisson à fruits rouges n'est pas que décoratif car le mot cotonéaster vient du grec kotonéon (coing) et istar (pareil) :)
    Est-ce par hasard ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est certainement un hasard car il n'est pas du même coté de la rivière que le cognassier, ni dans la même propriété :-).

      Supprimer
  6. Cueillettes d'automne que j'affectionne tout particulièrement mais par chez nous le ramassage des champignons devient aléatoire ! Ton panier me fait envie !!! Même si... J'ai tout de même trouvé des pieds de mouton et des chanterelles !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec les champignons, les années se suivent et ne se ressemblent pas. Les plus aléatoires sont ceux qui poussent (ou pas) au printemps. Aujourd'hui, j'ai vu des trompettes et des pieds de mouton.

      Supprimer

  7. Quelques trompettes dans la fondue savoyarde , hummmm!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai mangé avec des œufs et des petites pommes de terres revenus à la poêle :-).

      Supprimer
  8. Quelle chance de trouver autant de champignons, par ici ils sont peu nombreux.
    Les pieds-bleus, je ne me souviens pas en avoir cueilli, c'est un excellent champignon, quand aux nébuleux qu'on appelle gris ici, on en a cueilli une dizaine qu'on a fait sécher, il seront mélangés à d'autres dans un plat. Je me rappelle en avoir mangé en quantité, il y a quelques années et j'avais eu des problèmes digestifs, il parait qu'il y a une façon de les cuire pour éviter cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas la technique su séchage des clitocybes nébuleux, mais je sais qu'il contiennent un sucre qui n'est pas assimilé par certaines personnes.

      Supprimer
  9. Belle récolte de champignons. Nébuleux ils faut les sécher pour ne pas avoir mal aux boyaux et ne pas faire une assiette que de cette variété.
    Les coings il sera bon de les transformer avant qu'il fasse froid ! J'ai encore fait 10 verrines "Bonne Maman" hier de gelée de coings.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En matière de nébuleux, presque chaque famille a sa recette. Mon frère les fait d'abord rejeter leur eau par une première cuisson presque sans apport initial d'eau. Ensuite il jette l'eau rejetée par les champignons puis remet de l'eau propre et réalise une cuisson d'une demi-heure au moins. Jamais personne dans la famille n'a eu le moindre problème digestif en les mangeant, mais ils les utilise essentiellement dans des sauces. D'autres personnes disent qu'il faut les mettre directement dans l'eau bouillante...

      Supprimer
    2. Merci pour ces différentes astuces, mais vu la petite quantité ramassée, je pense que ça devrait aller en mélange avec d'autres.

      Supprimer
  10. Une série qui sent bon les petits matins brumeux... délicieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Matins brumeux et après-midi ensoleillés, un régal :-).

      Supprimer
  11. Réponses
    1. J'ai vue une dame qui en avait mis deux dans sa voiture juste pour l'odeur :-).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Nouvelles cultures

Prunes de moisson