Les conserves

A l'époque où l'on mangeait essentiellement des produits locaux et de saison, c'est au printemps que les conserves étaient le plus consommées, et ceci pour deux raisons. La première est que les plantations de légumes mettent plusieurs semaines avant de produire et que les premiers fruits n'arrivent que tard dans la saison. Quand les pommes, les poires curé, les carottes et les oignons commencent à s'abîmer dans les caves et les selliers, les fruits et légumes en conserve sont une source appréciable de vitamines. La deuxième raison est qu'il faut vider les bocaux en prévision de la prochaine récolte. Il n'y a pas si longtemps, utiliser des bouteilles pour stériliser des légumes était une pratique courante, parce que les bocaux étaient chers et que la production de légumes était généralement abondante. J'ai trouvé ces bouteilles dans un vide-grenier, avec les légumes encore conservés à l'intérieur. D’après l'état des caoutchoucs, je pense qu'ils ont été stérilisés il y a plusieurs dizaines d'années.

Commentaires

  1. J'imagine la galère pour sortir les haricots de la bouteille ! Tu me diras le temps. Que ça t'auras pris ?

    Biseeeeeeeeees de Christineeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je ne vais pas les sortir. Ces bocaux sont à usage décoratif et consommer leurs contenu serait très dangereux.

      Supprimer
  2. j'aime la photo avec cette jolie poule...une belle composition!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un scène rurale typique : le mur de pierres, la poule perchée sur sa branche favorite, les arbres, le lierre, les ronces, le pré derrière avec un cheval. Loin des fermes bétonnées et aseptisées !

      Supprimer
  3. Zut alors je peux pas chanter une poule sur un mur ;-) ! Je trouve cette photo très vivante cela fait partie entièrement de la vie animale à la campagne, à renouveler ci je peux me permettre !
    En voyant les légumes en bouteilles j'ai trouvé le goulot un peu étroit il faut aussi être patient avant de cuisiner des haricots très bien conservés. Ont ils encore les vitamines après tout ce temps ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vitamines ou pas, il ne faut pas oublier qu'il existe des bactéries anaérobies -- donc qui se développent en l'absence d'oxygène -- et qui produisent au fils des années une toxine mortelle appelée la toxine botulique. Les conserves faites à la maison sont les principales causes des (rares) cas de botulisme alimentaire. Il n'y a aucun moyen de détecter la présence de cette toxine, qui est totalement inodore et incolore. Les conservent maison doivent être stérilisées dans les règles de l'art, thermomètre à l'appui, si possible en autoclave, et consommées dans l'année.

      Supprimer
  4. oups... mettre les haricots dans une bouteilles quel boulot !!!
    mes bocaux attendent car l'année passée la récolte à été très mauvaise, les caoutchoucs neufs sont prêts au cas où...les pommes de terres sont dégermées et les autres attendent d'être plantées...
    pas de poule, je me souviens de la conservation des oeufs dans de la cendre pas de date de péremption juste du bon sens pour les utiliser.
    j'ouvrirais bien une ce ces bocaux de mirabelles et de cerises de la photo 1.
    ,-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La poule, au moins, se conserve sur pied ;-). J'ai entendu parler d’œufs conservés dans du papier journal, mais je ne m'y risquerais pas :-).

      Supprimer
    2. Quand aux bocaux, il sont stocké depuis plusieurs années dans une cave. Peut être pour certains plus de 10 ans. Je sais que Bacillus botulinus n'est pas censé se développer dans les milieux acides, mais je préfère adopter un principe de précaution :-).

      Supprimer
    3. ... stockés... A quand la possibilité de corriger les fautes dans les commentaires ? Google, si tu m'entends...

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Les conserver dans mon "magasin à accessoires" en prévision de nouvelles photos. Comment ça, je n'ai pas de magasin à accessoires ?! Hum, voilà pourquoi ma maison et mon garage sont encombrés.

      Supprimer
  6. Et les oeufs de cent ans en fait conservés quelques semaines voir quelques mois... Les "pidàn" que j'ai eu l'occasion de voir et pas voulu goûter...
    Ta scène de campagne, si simple si belle me ravit absolument !
    Les conserves en bocaux et surtout les bouteilles de petits pois et haricots me rappellent le garde-manger de ma grand mère Germaine et la cave de Madeleine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ces conserves faisaient partie de la vie à la campagne et font remonter des souvenirs de caves bien garnies...

      Supprimer
  7. Ah... bien surprenant...
    Ils sont encore beaux les haricots... mais je suis de ton avis, à proscrire de toute consommation...
    Tu as le don pour les trouvailles...
    et pour la mise en image !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec un sujet pareil, il y avait de quoi se faire plaisir. En fait c'est très difficile de photographier des objets en verres sans avoir de reflets gênants qui masquent en partie le contenu. Ici, j'ai dirigé mes boites à lumière vers le plafond.

      Supprimer
  8. Tu as l'art de dénicher des choses extraordinaires :-)
    les échalotes germées ont une belle vitalité !
    Perchoir nickel pour la poule !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci aux vides-greniers :-). Les échalotes sont des oignons que j'ai planté trop tard et qui ont mal poussés. Mais ils font un excellent sujet photographique.

      Supprimer
  9. Je n'avais jamais vu de légumes conservés dans des bouteilles comme ça, c'est génial :) (Alors, ça marche le coup des commentaires? Pas trop de spam?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu ça dans une cave il y a très longtemps, alors que la pratique était déjà abandonnées... Un seul spam, aujourd'hui-même. C'est raisonnable :-).

      Supprimer
  10. essai de commentaire ! j'adore la poule et je me demande le pourquoi des haricots verts en bouteille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bouteilles étaient moins chères que les bocaux :-).

      Supprimer
  11. super ça marche!
    je peux donc dire que j'ai absolument craqué pour une photo, celle de l'appareil de radio avec des lampes et des petits abat-jour mais je ne sais pas comment la retrouver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je trouve aussi ce récepteur génial. En reste-t-il un seul exemplaire au monde ? Cela vaudrait le coup d'en refaire un. Je crois que le dessus est en marbre... En tapant sur Google ruralité livres chinés on retrouve tout de suite le billet :-).

      Supprimer
  12. Y paraît qu'il y a une boutique à Dijon qui fait des miracles en réparation de PC et MAC, rue de Miranda tu connais? C'est des chinois.
    Mon voisin m'a,dit qu'ils avaient fait des miracles sur son ordi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois que tu dis quelque chose de bien à propos de Dijon, c'est à marquer d'une pierre blanche, même s'il s'agit d'une rue qui n'existe pas :-). J'imagine que c'est la rue de Mirande, près du campus. Je n'ai encore jamais eu recours à un réparateur de PC :-).

      Supprimer
  13. Ah oui, je te déconseille de les ouvrir! quand je tarde trop à ouvrir ceux de ma maman,c'est terrible...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ce ne sont pas toujours celles qui sentent mauvais qui sont les plus dangereuses.

      Supprimer
  14. J'adore la photo avec la poule sur son perchoir, ça me rappelle trop ma campagne ! Elle ne semble pas impressionnée par le photographe !
    Les bouteilles contenant les petits pois et les haricots verts sont très belles et peut-être rares avec cette forme là, j'aime beaucoup les anciennes bouteilles. Quelle patience il fallait, "pour enfiler" ces haricots verts aussi bien ......c'est tout un art ainsi que pour les ressortir ! Idem les petits pois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le deux photos de ce billet montrent des fragment d'une ruralité vraiment authentique :-).

      Supprimer
  15. Love both of these captures, wonderful light and composition.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Nouvelles cultures

Variété anciennes de pommes