La fin de la croissance ?


C’est complètement inhabituel mais avec le temps qu’il fait, j’ai envie de traiter aujourd’hui un sujet qui n’est pas photographique. Je vais vous expliquer pourquoi, à mon avis, et sauf coup de théâtre complètement imprévisible, la croissance économique de la France est terminée.

Je vais parler dans un premier temps de croissance matérielle. C’est-à-dire de l’augmentation annuelle de la production des richesses matérielles d’un pays : énergie, bois, produis agricoles, matières premières, objets manufacturés, denrées alimentaires, médicaments, opérations chirurgicales, services aux personnes, constructions de maisons, déplacements en voitures ou en avions... Je n’inclus pas dans cette catégorie ce qui est purement immatériel dans le sens "ayant un coût matériel indépendant du nombre d'utilisateurs", comme les logiciels, les poèmes ou même les blogs.

Puisque la croissance matérielle traduit une augmentation des richesses matérielles produites par un pays, il nous faut une unité pour quantifier ces richesses. L’Euro, le dollar, ou les autres devises ne sont pas des unités assez concrètes pour une bonne illustration. Je vais donc utiliser comme unité un panier de richesses matérielles de référence (UR en abrégé) constitué des éléments suivants : 1 UR = un an de loyer d’un appartement de 50 m2 dans une ville de taille moyenne en France (incluant chauffage, eau, électricité, ADSL), plus une année de repas réguliers et équilibrés pour une personne, avec viande, légumes et fruits de qualité, plus 5000 Kms de déplacement individuel avec un véhicule confortable autotracté, plus une télévision, une paire de lunettes de correction moyenne et une prothèse dentaire de type couronne céramique. En France actuellement, un UR représente de l’ordre de 18000 Euros, soit 1.5 fois le salaire minimum annuel français (SMIC). Bien sûr, mon panier n’a pas vocation à contenir tous les biens matériels de consommation, mais seulement un panel diversifié de biens  de consommation courants dans un pays comme la France.


Faisons une première expérience de pensée en imaginant un pays nommé Autarcie Occidentale, où les habitants, les Autarciens, ont un niveau de vie moyen de 1 UR par an. L’Autarcie se suffit à elle-même et n’a aucun échange commercial avec les autres pays. Elle produit son énergie, ses matières premières, ses médicaments, maisons, voitures, poulets,  etc. Partons de l’hypothèse que la croissance matérielle de l’Autarcie est de 2% par an. Cela signifie que chaque année, ce pays produit 2% de richesses matérielles (poulets, télévisions, appartements…) de plus que l’année précédente. Cette croissance s’accompagne d’une augmentation de la population et/ou du niveau de confort matériel des Autarciens. Mais les ressources matérielles disponibles, celles qui sont renouvelables et a fortiori les autres, sont limitées et il arrive un moment où cette croissance matérielle s’arrête. En Autarcie comme ailleurs, la croissance matérielle ne peut être qu’un régime transitoire et non un régime permanent. Mais il y a des Autarciens qui produisent des ressources immatérielles, des poèmes, chansons, logiciels, et un réseau social en ligne qui a un énorme succès. Parce qu’il a beaucoup d’utilisateurs et qu’il constitue un bon support de publicité, sa valeur grimpe en flèche. Mais cette nouvelle richesse n’a pas de contrepartie matérielle. Les gens qui ont investi des brouzoucs, la monnaie Autarcienne, dans l’entreprise n’ont pas utilisé cet argent pour acheter des poulets, des maisons et des prothèses dentaires. La richesse matérielle moyenne par habitant est restée la même. La notion de croissance est trompeuse lorsqu’elle inclut les valeurs immatérielles.

La production annuelle de ressources matérielles non seulement n’augmente plus en Autarcie, mais commence à diminuer car les nouvelles maisons grignotent sur les terres agricoles et certains filons de minerai sont épuisés. Pendant ce temps, la population augmente et la richesse matérielle par habitant diminue en proportion. L’Autarcie est en crise. Le gouvernement Autarcien exhorte les citoyens à être optimistes, à entreprendre, à développer les nouvelles technologies. Mais comme les ressources matérielles disponibles sont déjà complètement exploitées, aucune politique, aucune méthode de gestion ne peut donner plus de poulets, maisons et prothèses dentaires aux habitants, dont certains ont d'ailleurs du mal à manger de la viande.

Alors les Autarciens en arrivent à la conclusion qu’ils doivent arrêter de vivre en autarcie et commencer à réaliser des échanges commerciaux avec d’autres pays. Mais faire des échanges avec des pays qui sont dans la même situation économique que l'Autarcie n’apportera rien. Pour que ces échanges permettent un retour de la croissance matérielle, il faut trouver des partenaires qui disposent de richesses matérielles et qui sont prêts à les échanger soit contre des ressources matérielles très spécifiques, renouvelables, et présentent en plus grande quantité en Autarcie que dans le reste du monde, ce qui est très restrictif, soit contre des ressources immatérielles produites par les Autarciens. Idéalement, il faut donc trouver des pays partenaires à plus faible niveau de vie matériel que l’Autarcie et qui ne possèdent pas encore les compétences pour produire les ressources immatérielles crées par les ingénieurs, artistes, et autres créatifs Autarciens. Mais cela va-t-il permettre à l'Autarcie de retrouver une croissance perpétuelle, d’augmenter indéfiniment les richesses matérielles accessibles à ses habitants ?

La réponse est non. Avez-vous compris pourquoi ? Il y a en fait plusieurs raisons. Premièrement, parce que le niveau de vie matériel des pays partenaires va augmenter et que ces pays vont finir par se retrouver dans une situation similaire à celle de l’Autarcie. Secondement, parce que les voies de communication matérielles et immatérielles qui se développent en même temps que les échanges commerciaux permettent aussi de diffuser les connaissances, et très vite les ingénieurs, artistes et autres créatifs des pays partenaires seront capables de produire les mêmes choses que leurs homologues Autarciens, mais à moindre prix tant que leur niveau de vie matériel est plus faible. Et enfin, parce que la planète dans sa globalité constitue un système autarcique !

Aujourd’hui en France on entend souvent dire que l’absence de croissance est la conséquence d’une morosité, d’un manque d’optimisme, avec pour illustration la croissance (relativement) forte observée par exemple en Australie, voire au Canada. Mais ces pays ont une population nettement plus faible que la nôtre et disposent de ressources matérielles considérablement plus abondantes, avec des superficies 10 à 20 fois plus importantes.

Voilà pourquoi je suis très perplexe quand j’entends tant de responsables politiques de tous bords considérer que l’arrêt de la croissance est une singularité et qu’il est possible de retrouver une croissance durable. Je pense que la France a terminé sa croissance, et qu'il n'y a aucune honte à cela. Peut-être que quelque chose m’échappe ? Qu’en pensez-vous ?


Commentaires

  1. J'ai fait ce matin quelque petites modifications cosmétiques, comme par exemple remplacer les 10% de croissance de l'hypothétique Autarcie par 2% plus réalistes, modifier le titre et supprimer une expression qui auraient peut être pu être protégées par un droit d'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Je réfléchis à ce sujet depuis des année, occasionnellement, et c'est la conclusion à laquelle je suis arrivée. Mais si quelqu'un me démontre le contraire, je peux changer d'avis :-).

      Supprimer
  3. bonjour,Olivier,
    j'ai toujours travaillé par moi-même mais étant déjà sénior, je doute que je trouverai un emploi stable d'ici peu, je continue mes recherches et mon travail
    le partage est essentiel sans ça il n'y pas de relativité dans l'échange encore faut il être à la bonne place, au bon endroit... je perds souvent le fil mais j'essaye constamment d'être dans l'action fatigue ou pas.. j'adore travailler, photographier et lire , écrire me procures beaucoup de détente à la longue
    très intéressant discours mais vous êtes prof à l'université, pas pour rien
    le dessin est très chouette,
    je repasserai pour le relire et l'intellectualiser davantage, sinon pour finir,
    ( soory je dois me mettre à table) je suis prêt à m'investir mais les employeurs n'ont guère d'opiniâtreté frileuse et conséquente contrairement au qualité de certain séniors
    une accolade chaleureuse
    bon début de week end
    Jorge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, le dessin, vraiment, ce n'est pas mon fort. Concernant l'emploi, la situation actuelle est qu'il y a un poste à pourvoir pour 10 chômeurs, et encore en ne considérant que ceux classés dans la "catégorie A". Il est donc mathématiquement impossible que chacun trouve un emploi, même avec la meilleure volonté du monde. C'est comme si vous vouliez garer 100 voitures dans un parking où il y a 10 places.

      Supprimer
  4. Trop compliqué pour moi.
    Peut-être qu'il faut inventer une nouvelle société , notre modèle est à bout de souffle. Les infos que j'entend vont dans ton sens à moins de faire une invention extraordinaire mais ce qui ce passe aujourd'hui s'est déjà produit dans un passé très lointain jusqu'à l'arrivée du pétrole et l'économie qui s'en suit je crois.
    J'ai entendu parlé d'une "nouvelle donne".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une nouvelle découverte extraordinaire pourrait peut être changer la donne, mais pas éternellement je le crains, car les ressources de la Terre ne sont pas illimitées...

      Supprimer
  5. bonsoir Olivier,
    il faudrait simplifier la donne, si les catégoris b, et c sont les plus défavorables aux yeux de l'employeur à pole emploi, donc les plus malléable quoi que la donne change pour les plus entreprenant pour changer leurs condition de vie tandis que les catégories auxquelles vous faites références dorment sur du laurier, souvent " awhere ", nulle part, trop occupés par d'autres soucis ou des problèmes humains de logistiques.
    moi de mon coté j'ai envie de progresser, l'échange est souvent minime et succinct pour la catégorie, le système d est de rigueur et comme par le passé, le travail se fait en amont, chez soi, ou en live directement chez l'interlocuteur ou indirectement... le système d s'impose pour les catégories auxquelles je fais référence est un dure labeur de se faire entendre, de se projeter dans un avenir proche car les années passent, et rien ne bouge si nous ( moi et les autres) ne formeront une entité propre à une évolution d'échange et par conséquent humaine et digne.
    trsè coridialement
    j'accorderai une réponse favorable de votre part
    une accolade genéreuse et chaleureuse
    Jorge

    RépondreSupprimer
  6. la couronne dentaire me fait rire... ma facture pour la caisse maladie..sans être malade, me prend 1/3 de mes revenus...on ne parle pas du dentiste...
    alors même dans un pays 'riche' on ne consomme plus! ...et on achète en France pour épargner le moindre sou...
    je suis dans la même réflexion....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couronne n'est pas arrivée par hasard dans mon texte. Il me manque beaucoup de dents, essentiellement des molaires, et pour faire mettre des implants je devrais me passer de loisir pendant au moins 10 ans où aller vivre plus loin de mon travail. Donc j'évite les viandes trop dures :-).

      Supprimer
    2. Madame Monsieur ELDI,
      que cela vous prete a rire votre pose de couronne soit et encore je vois pas bien en quoi ce peut vous faire autant rire...
      si je devais perdre un implant à 1000 euros puis un autre à 3000 euros , voyez vous, vous croyez que je viendrai ici me gargarisez devant tout le web puisque Monsieur Olivier est à 200 000 mille pages par mois de visiteurset me plaindre que je suis sans le sou?
      Pourtant c'est ce qui m'est arrivé en fin d'année, voyez vous?
      et vous croyez que je vais me gargarisez de rires aussi gargantuesque que les vôtres alors que je viens de perdre pas loin de 1500 mille euros en deux mois de tant?

      ...je dois être un imbécile alors
      ....pour un chômeur c'est le comble ?

      Jorge

      Supprimer
  7. Ta photo est vraiment très belle , la neige met en valeur les couleurs chaudes de la pierre.
    Je ne me souviens plus comment s'appelle cette construction,Si tu peux me le redire.
    On pourrait y dormir?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a plusieurs termes dont "cadole". Je suis entré à l'intérieur. Elle à l'air solide mais je n'étais pas rassuré.

      Supprimer
  8. Aaaaaaah la problématique de l'emploi... Et des seniors, à partir de 50 ans trouver un boulot hors contrat aidé c'est compliqué sauf à avoir des compétences ultra spécifiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre société est pleine de contradictions. On est censé vivre très longtemps, travailler très longtemps, mais passé 50 ans on ne peux plus trouver d'emploi, plus faire de gros emprunts à la banque...

      Supprimer
  9. Belle analyse de la situation, ça me laisse perplexe pour l'avenir !
    La cabane en pierre est très belle, je suis comme Henriette, je ne me souviens plus de son nom ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette cadole a été reconstruite complètement par une association il y a plusieurs années. C'est vrai qu'elle est très belle.

      Supprimer
  10. La population augmentant, il y aura toujours nécessité de croissance
    La question est de savoir quelle croissance veut on ?
    A réfléchir !!!
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout comme la croissance matérielle, la croissance démographique ne peut être que transitoire et non permanente. Idéalement, laquelle devrait s'arrêter la première ?

      Supprimer
  11. La fin de la croissance au sens où on l'entend en Occident est une réalité existant depuis probablement grosso modo le 1er choc pétrolier, et est certainement définitive, bien que l'on veuille nous faire gober le contraire. Raison pour laquelle toutes les politiques échouent. Tant que personne n'aura le courage de dire "plus jamais nous ne connaîtrons l'essor et la croissance économique que nous avons connue, donc essayons d'aménager cette nouvelle ère...", on sera dans l'échec. Pour autant, cette fin de la croissance est inévitable et souhaitable; je vous renvoie à Pierre Rabhi et sa "sobriété heureuse" ainsi qu'à son mouvement Colibris que chacun d'entre nous peut rejoindre.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Un bouquet de fleurs sauvages

Variété anciennes de pommes