Automne gris


Quand les arbres de la plaine sont devenus glabres et que de gros nuages envahissent le ciel, l'hiver commence à s'installer.


Quelques arbres bordant une route rectiligne sous un ciel de plomb. Je m'arrête souvent à cet endroit pour faire des photographies.


Des balles de luzerne enrubannées apportent une touche futuriste à ce paysage dramatique.


J'emprunte cette route apparemment peu engageante pour rentrer chez moi après une journée passée dans la vallée de la Vingeanne.


Une symétrie presque parfaite entre un ciel d'hiver et un champ de colza.


Commentaires

  1. en rang d'oignons... beau ..malgré et parce que!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, beau quand on passe, mais je n'aimerais pas voir tous les jours ce paysage depuis ma fenêtre :-).

      Supprimer
  2. Et dire que si on avait un vrai automne tu nous montrerais du givre, du gel, des cristaux en méga macro. Pfffff j' m' en vais faire mon totem à neige moi!!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Ma préférée est de loin la première.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La plus difficile à faire a été la quatrième (que je viens de modifier car les couleurs n'étaient pas correctes). En m'arrêtant en voiture, je me suis embourbé !

      Supprimer
  4. Le ciel est menaçant et justement j'allais te demander comment tu es rentré, Avant ou après le déluge?
    Moi aussi j'aime beaucoup la première et surtout les bottes de luzerne. Ça valait le coup de t'embourber.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà, je ne suis pas rentré à pieds car j'ai réussi, à force de manœuvres, à extraire ma voiture de la boue. J'avais heureusement gardé les deux roues de gauche sur la route !

      Supprimer
  5. Les beaux nuages de la 1ère me plaisent bien. La 4ème est très belle aussi avec ce coin de ciel un peu rose sur la droite et les bottes de luzerne pourraient être mises là en décor............

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pas si dramatique que ça finalement ;-).

      Supprimer
  6. La 1ère et la 4ème sont attirantes.
    Faire toujours attention sur un terrain bien lourd, sachant ce que tu mets dans ton panier de vélo, j'imagine dans le coffre de ta voiture de quoi te dépatouiller :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me faudrait un blocage de différentiel, sans quoi garder une des roues motrices en adhérence n'est pas suffisant. Mais je n'ai pas cette fonction sur ma voiture et j'ai bien failli devoir aller à la ferme suivante pour demander de l'aide...

      Supprimer
  7. "Seigneur, quand froide est la prairie,
    Quand dans les hameaux abattus,
    Les longs angélus se sont tus...
    Sur la nature défleurie
    Faites s'abattre des grands cieux
    Les chers corbeaux délicieux."
    (Rimbaud)

    J'aime particulièrement la cinquième, avec son panneau rouillé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un poème lugubrement beau, et de circonstance :-).

      Supprimer
  8. Les gris racontent des histoires de nuages, où les arbres se dessinent comme autant de signatures...

    Biseeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais une nouvelle sorte de gris c'est installée ces derniers jours, un gris uniforme, monotone, qui invite à rester à la maison...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Un bouquet de fleurs sauvages

Nouvelles cultures