Crue

Une grande partie de la France est actuellement soumise à une influence océanique, avec pour conséquence des températures douces et beaucoup de pluie. La Vingeanne est sortie de son lit pour inonder les prairies, comme de coutume à cette période de l'année. Nous avons tout juste atteint le niveau de la crue biennale. Rien d'exceptionnel, mais de quoi transformer complètement les paysages. Dommage, la durée d'ensoleillement est réduite à quelques heures par semaine.



Commentaires

  1. Réponses
    1. Le château en arrière plan est le fameux manoir fortifié de Rosières dont j'ai parlé récemment.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Mais un peu tristounettes quand même avec ce ciel gris et ce temps brumeux...

      Supprimer
  3. C'est magistral! Dommage pour les dégâts, mais ça reste beau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas vraiment de dégâts car la zone est inondable et donc pas constructible. L'eau apporte du limon qui nourri les prairies :-).

      Supprimer
  4. Cette crue arrive tous les deux ans, au meme mois?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'est aléatoire, en automne, au printemps, en hiver et parfois même en été après un gros orage. Ce qu'on appelle niveau de la crue biennale, c’est le plus haut niveau constaté en moyenne tous les deux ans, mais ce niveau peut être atteint deux ou trois années de suite, ou encore ne pas être atteint pendant 5 années consécutives. Les crues sont totalement imprévisibles et seule leur distribution statistique est connue. On parle aussi de crue quinquennale, décennale et vicinale, qui correspondent à des niveaux plus hauts et plus rares, pouvant occasionner des dégâts dans certaines maisons...

      Supprimer
  5. La deuxième photo est très parlante et superbe.
    Près de chez nous il y a une rivière l'Arrats et c'est au printemps qu'on voit ce genre de paysage .
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'année dernière, la Vingeanne avait aussi débordé au printemps et inondé les prairies remplies de pissenlits et de boutons d'or en fleur. C'était très joli :-).

      Supprimer
  6. j'aime bien l'atmosphère que renvoie la deuxième photo.
    Et en même temps ça donne envie de rentrer au chaud.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et de faire des crêpes. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait le jour de Noël :-).

      Supprimer
  7. On ne va pas manquer d' eau . . .j' apprécie tout particulièrement la première photo qui nous donne un aperçu du paysage en crue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que j'aime dans cette photo, ce sont les petites gouttes qui se sont formées sur certaines branches. Mais oui, je pense que les nappes phréatiques se sont remplies.

      Supprimer
  8. Il ne manque que les cygnes...
    De belles images qui me rappellent des souvenirs... J'ai parfois roulé sur une étroite bande de bitume entourée d'eau à proximité de Seurre... C'était impressionnant.

    Fais-moi plaisir révise les anémones et dis-moi si c'est réellement l'anemone sylvestris que tu rencontres près de Francheville.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, les cygnes, j'en ai justement vu aujourd'hui. Oui, au bord de la route entre Vernot et Francheville, j'ai déjà vu en même temps et au même endroit des anémones sylvestres, hépatiques et quelques rares fausses renoncules.

      Supprimer
    2. Ah, je vois ce que tu voulais dire. Il semble que anémones sylvestres et sylvie soient deux espèces différentes, ce que j'ignorais. Ce sont des sylvies que je vois près de Francheville et partout autours de Dijon. Je n'ai jamais vu de sylvestre. Dommage...

      Supprimer
  9. Je me demande bien pourquoi mon commentaire précédent apparait comme anonyme...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Un bouquet de fleurs sauvages

Variété anciennes de pommes