Nébuleux

Attention, ce champignon peut être confondu avec des variétés toxiques. D'ailleurs, le Clitocybe nébuleux est considéré comme un comestible plutôt médiocre et parfois indigeste. Dans ma famille et dans mon village, beaucoup de gens le cuisinent en utilisant une technique particulière, avec plusieurs eaux de cuisson, et au cours de laquelle se dégage une odeur abominable. A déconseiller si vous n'êtes pas expert.


Commentaires

  1. JF Myco-écologue stupéfait19 octobre 2012 à 07:29

    Arrêtez donc d'arracher autant de spécimens. Utilisez un couteau pour trancher proprement à la base du pied, puisque vous savez les identifier et que vous les consommez. La pratique de la photo nature doit se faire dans le respect de l'environnement. Que les photographes amateurs donnent donc l'exemple, svp. (voir les commentaires sous l'aticle précédent).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne me semble pas que les champignons se reproduisent par leur pied... Donc, arracher ou couper est équivalent de mon point de vue.
      De manière générale, et je vous le dis de manière très amicale, il faut éviter tout excès lorsque l'on défend une cause, aussi honorable soit elle. Cela est souvent beaucoup plus productif de se montrer raisonnable et constructif.

      Supprimer
    2. Thierry a parfaitement raison, de ma vie je n'ai jamais constaté que couper les champignons proprement à leur pied servait à les faire repousser!!... Pour un mycologue averti, vous repasserez JF!!!
      Les champignons se reproduisent soit par spores soit grâce aux racines des arbres qui leur servent de support...

      Cela dit, bravo, ces photos sont superbes, les sujets bien présentés, et je ne pense pas que pour autant tu aies détruit les champignons de ce coin de forêt! Pfff! Ah les moralisateurs!!
      Très belles photos également dans les posts précédents, on sent que tu aimes la nature et tu nous la présentes de manière très artistique avec de belles lumières, ce qui pourrait donner l'envie aux citadins de se ressourcer sur les chemins forestiers...
      Bonne continuation, bien amicalement!

      Supprimer
    3. JF Myco-écologue très très triste...19 octobre 2012 à 10:13

      ça n'est pas parce-que vous ignorez une chose qu'elle est fausse. Renseignez-vous sur la définition du mot mycélium: les arracher, c'est les déraciner, et surtout c'est briser ce mycélium qui, si on le respecte un peu, continuera à vous faire rêver en dessinant par exemple des ronds de sorcières. La photo amateur doit se faire dans le respect des espèces. On ne déracine pas une orchidée pour la photographier. Les champignons ne méritent-ils donc pas autant d'égard?

      Supprimer
  2. Oups... Une polémique!!!
    J'attends ta réaction Olivier!
    Personnellement je n'ai pas d'avis sur la reproduction des champignons et connaissant Olivier heuuuuuu bah si lui maltraite la nature alors on court à la fin du monde rapidement!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a deux questions qui sont posées : (1) quelle est la meilleure manière de récolter des champignons destinés à être consommés ? et (2) est-il choquant d'arracher quelques champignons destinés à servir de sujets pour une photographie ou un dessin par exemple ?
      Concernant la question (1), je ne suis pas spécialiste donc j'ai pris contact avec des gens bien informés et j'adapterai mes pratiques en fonction de leurs réponses. Actuellement, je récolte peu de champignons. Généralement je les coupe, sauf les trompettes que j'arrache délicatement pour les garder entières.
      Concernant la question (2), je pense que la réponse est non. C'est à dire qu'on peut se permettre de cueillir un bouquet de fleurs, de couper un rameau d'aubépine ou d'arracher quelques champignons dès lors que les espèces concernées ne sont pas menacées et que le prélèvement reste faible au regard de la quantité disponible. Bien sûr, si tout le monde voulait prélever une branche d'aubépine à tel point que l'implantation de l'espèce en soit menacée, il faudrait mettre en place des restrictions. Je pense que ce qui est critique, à cet égard, c'est la densité de fréquentation d'un site. Mille marcheurs contemplatifs feront certainement plus de dégâts qu'une seule personne qui prélève de temps en temps de quoi faire un bâton de marche en noisetier, une omelette aux champignons ou une friture de goujons :-).

      Supprimer
  3. Intéressant tout ça. La nature est pleine de ressources et sait s'adapter , je ne pense pas qu'Olivier la gâche avec ses photos. Au contraire ,il donne envie de la découvrir encore plus alors Ceci dit , pour en revenir au premier commentaire d'Olivier ,il faut vraiment avoir envie de manger ces champignons si c'est compliqué à cuisiner , il y en a tellement d'autres bons et simples d'utilisation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qu'on appelle nature, dans ma région de pleine et dans ta vallée, sont des zones fortement impactées par l'homme. Des forêt plantées et exploitées, des chemins débroussaillés, des talus fauchés deux fois dans l'année, des champs cultivés, des prairies traitées... Il ne s'agit généralement pas d'un milieu sauvage préservé. Dans les montagnes autour de chez toi, c'est différent. Plus on monte et moins l'impact de l'homme est important (excepté peut être sur les pistes de ski ?). Il faut évidemment adapter son comportement au contexte, et aussi à le fréquentation des sites :-).

      Supprimer
  4. Et bien moi je trouve ces séries de photos très intéressantes !! Parce que je n'y connais rien, et que ces photos sont superbes :-))
    Les dessins ne peuvent en aucun cas remplacer la précision d'une photo !!
    Bon week-end,
    Bizz Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup les dessins "naturalistes" mais je n'ai pas les compétences pour en faire et je crois que je n'aurais pas la patience.

      Supprimer
  5. Mon beau père avait l'habitude de les cueillir et de les cuisiner : c'était pas mauvais.
    L'avantage, c'est que lorsqu'on tombe sur un "gisement", le panier est vite rempli !

    Biseeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, ce champignon est très prolifique. Il devient très vite véreux et comme il y a abondance, le cueilleur sélectionne les jeunes spécimens au pied ventru. Dans ma région, on les appelle les gros pieds.

      Supprimer
  6. Je vis dans une région où la cueillette des champignons se fait de manière assez intensive et je ne constate aucune pénurie.
    Maintenant, saluons la sagesse d'Olivier qui va se renseigner et aussi sa courtoisie face à JF qui est... disons... un peu lourd et insistant.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour.
    En effet, comme le pense notre photographe et la majorité des intervenants de ce forum, il est parfaitement inutile de couper un champignon pour le ramasser... sauf si l'on désire garder son panier propre. La comparaison avec les orchidées est déplacée, la biologie des orchidées n'ayant strictement rien à voir avec celle des champignons (bien que ces organismes interagissent fréquemment, notamment dans le cas des orchidées non chlorophylliennes). Cueillir un champignon sur son mycélium revient, globalement, à cueillir une pomme sur son pommier. Des études menées sur des décennies ont démontré, notamment dans le cas de champignons comestibles comme les girolles, que le ramassage (sans couper) n'avait pas d'influence sur la repousse.

    Bien cordialement,
    Guillaume Eyssartier
    Biologiste - Mycologue professionnel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup d'avoir pris le temps de nous donner ces précisions.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Nouvelles cultures

Prunes de moisson