Primevères officinales et coucous

Lors de mes promenades, je rencontre plusieurs variétés de coucous. Certains ont des fleurs jaune pâle et prospèrent à l'ombre, notamment dans les chemins forestiers. D'autres ont des fleurs plus petites et d'un jaune plus vif, légèrement orangé. Ils préfèrent les talus bien exposés.


Commentaires

  1. J'ai vu les premiers coucous hier matin et c'était ceux de ta 2° photo; tes prises de vues sont très belles :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que ce sont les primevères officinales.

      Supprimer
  2. Oh les coucous!!! Quand j'étais petite, j'en mangeais les fleurs, elles étaient si sucrées :) On n'en trouve pas ici, c'est triste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignorais qu'elles étaient comestibles. Il y a peut êtres des fleurs charmantes en Alberta qui ne poussent pas en France continentale :-).

      Supprimer
  3. Elles démarrent chez nous, elle fleurissent encore tout près du sol, mais déjà si lumineuses !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout près du sol, c'est peut être encore une autre variété, non ? En tout cas vous en profiterez encore quand ici, elles seront fanées.

      Supprimer
  4. Oui moi aussi je suçais les fleurs de coucou ,surtout ceux qui sont colorés en rouge et bleu. D'ailleurs,ce sont ceux là qu'on appelait "coucou". les jaunes étant les primevères.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les rouge et bleu sont des pulmonaires :-).

      Supprimer
  5. Elles sont jolies ces primevères, celles que j'ai déjà eu l'occasion de voir, c'est plutôt la 2ème variété

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc la variété qui pousse plutôt dans l'herbe des talus, en plein soleil :-).

      Supprimer
  6. Olivier, je suis très contente que cet iris déniché à grand peine te fasse revenir dans mes pages. Une fleur rare de temps en temps ça fait plaisir, mais pas question que j'en oublie les plus modestes et justement il faut que je me penche sérieusement sur ces primevères. J'avoue ne pas avoir encore complètement intégré les subtilités entre Primula veris subsp veris, primula veris subsp canescens et P. eliator.
    Toi qui sillonne la campagne autour de Dijon, pourrais-tu me signaler l'apparition des orties blanches. Cette espèce est absente en Savoie j'aimerais programmé un voyage à Dijon (ma ville d'origine) au moment de sa floraison. Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Foise. Même si je ne laisse pas toujours de commentaire, je ne manque jamais un de tes articles car mon lecteur de Flux est abonné à ton Blog. Concernant les primevères, j'en trouve de plus de deux sortes mais j'ai l'impression que les autres sont des hybridations de l'une ou l'autre de celles que j'ai présentées avec des primevères de jardin (tiges plus courtes, fleurs plus grandes, parfois des couleurs rosées ou orangées). Concernant les orties blanches aucun problème, je suis à l'affut :-).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Nouvelles cultures

Variété anciennes de pommes