Au bord de l'étang

On distingue l'église de Fontaine-Française à travers les roseaux.
C'était vendredi soir au bord d'un étang près de Fontaine-Française. Je m'étais avancé à travers les roseaux pour avoir une vue panoramique sur le plan d'eau gelé. La bise était tellement glacée qu'elle me coupait la respiration. La morve qui coulait de mon nez gelait instantanément sur mon anorak. Mes yeux se protégeaient du froid mordant en produisant des larmes qui troublaient ma vision. Malgré  mes gants de laines, j'avais du mal à bouger les doigts et à actionner les molettes de réglage de mon appareil photo. Et j'étais subjugué. Subjugué par la force des éléments, par la beauté du paysage, par les couleurs extraordinaires, par ce contraste entre le bleu de la glace et le rouge des roseaux à balais éclairés par les rayons rasants du soleil. J'étais Vivant, bon sang de bois !

Des pavillons neufs à quelques pas de l'étang.

L'église de Fontaine-Française vue de la berge opposée de l'étang du Fourneau.



Commentaires

  1. Les roseaux , ces barreaux de la liberté!!!

    RépondreSupprimer
  2. Le froid ravive les esprits :) (La morve qui gèle c'est une chose, mais les poils du nez qui gèlent, là c'est une expérience innoubliables, haha!)

    RépondreSupprimer
  3. Ça vaut la peine de "se les geler" pour faire de telles photos, les couleurs sont superbes entre l'arrière-plan et la surface de l'eau gelée.
    Bientôt, tout ça aura disparu, heureusement, il restera les photos, quelle belle invention !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Un bouquet de fleurs sauvages

Nouvelles cultures