Le fort de la Latte

D'après Didier, le peintre de l'article précédent, ce fort est tellement photographié sous cet angle qu'il y a un phénomène d'usure. Mais d'une part il est très solide, et d'autre part le photons qui entrent dans l'objectif de l'appareil photo ont déjà rebondi sur les pierres de l'édifice. Et puis la photographie a ceci en commun avec la musique qu'avoir fait soi-même une prise de vue laisse un souvenir plus marquant que regarder une carte postale ou un calendrier qui représente la même scène. Enfin, je suppose qu'il en est ainsi pour la musique...

Commentaires

  1. Je suis assez d'accord , les photos qu'on fait soi même sont plus parlantes que les cartes postales sans âme , même si c'est le même paysage ,il y a toujours le petit plus qui est le regard du photographe. quant à la musique je n'y connaît rien ,je ne suis même pas capable de reconnaître une fausse note.

    RépondreSupprimer
  2. Je voulais ajouter sans âme et parfaites ,ce qui n'est pas le cas de mes photos!

    RépondreSupprimer
  3. A mon humble avis, il s'agit du fort la Latte (et non du fort de la Latte). Mais, bien entendu, ça n'enlève rien au texte de ta note :-)

    RépondreSupprimer
  4. Je ne suis pas tout à fait d'accord, on peut apprécier une musique qu'on ne joue pas mais seulement dans la mesure où on en connait les codes afin d'en comprendre le sens.

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup la deuxième photo et en plus si on la regarde en clignant des yeux, on pourrait croire à une peinture. Les couleurs des rochers sont superbes, Didier a bien dû s'en approcher !

    RépondreSupprimer
  6. Bernard, effectivement beaucoup de gens l'appellent fort la Latte, mais son nom officiel, sur les cartes IGN, est bien fort de la Latte :-).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Nouvelles cultures

Prunes de moisson