Le chêne et le merisier

L’œil humain, associé au cerveau, voit net les deux arbres. On peut aussi obtenir ce résultat avec un appareil photographique, mais ici j'ai privilégié un réglage qui permet de réduire la profondeur de champs afin de mettre en évidence l'un ou l'autre des deux sujets.

Commentaires

  1. Pour être tout à fait franc, je trouve la seconde photo meilleure que la première qui, de mon point de vue, "croustille" un peu trop au niveau des fleurs blanches du second plan.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis de ton avis, Bernard. En fait lorsque la taille des détails d'une image (comme une fleur de merisier) est proche de celle d'un pixel écran, il y a une forme de "résonance" qui n'est pas très belle. Mais sur un tirage grand format, ça passerait beaucoup mieux...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poste de radio à galène

Un bouquet de fleurs sauvages

Nouvelles cultures